Communiqué d'ORIW

Strasbourg, 5 juin 2015

Le 20 mai 2015 plusieurs élèves de différentes classes de première d’un lycée en Alsace se retrouvent pour leur cours d’Allemand. Leur professeur choisi un texte racontant la rencontre d’un jeune homme d’origine turque qui cherche un logement et d’une vielle dame Allemande propriétaire. Cette dernière refuse de laisser le jeune homme visiter le bien sous prétexte qu’il est étranger. L’enseignante demande alors aux élèves, comme devoirs pour le lendemain, d’énumérer les clichés qui auraient motivé ce refus.

Le lendemain, le professeur à peine entré en salle de cours demande directement « Les clichés sur les turcs ! »

A chaque proposition d’un élève, elle motive les autres à continuer. Des propos de plus en plus insultant fusent dans la classe.

Elle finit par se tourner vers les élèves d’origine turque, un élève en particulier qui était en colère face à cette mascarade et elle lui demande si il va bien !

L’élève lui répond qu’il est blessé par ce genre de cliché et il préfère quitter le cours. Une élève, non turque, intervient alors et indique au professeur qu’elle n’a pas fait ce devoir et qu’elle ne trouve pas normal de faire ce genre d’exercice sur les stéréotypes de manière aussi poussée. Une seconde élève, d’origine turque indique que ce sujet est sensible et qu’un cours d’allemand n’est pas un lieu adéquat pour en débattre. L’enseignante quant à elle appuie sa volonté de justement résoudre le problème en le comparant au harcèlement, cela au détriment du ressenti de ses élèves !

Voici ce que le professeur a inscrit sur le tableau et qu’elle a demandé aux élèves de recopier dans leurs cahiers :

  TURC =

-PAUVRE

-PAS DE TRAVAIL FIXE

-VOLEUR

-MALHONNÊTE

 -NE PAS FAIRE CONFIANCE AUX TURCS

-VENDEUR DE TAPIS

 -TRAVAILLE DANS DES DÖNER KEBAB

-MANQUE DE RESPECT

-A DE LA MOUSTACHE

-FAIT BEAUCOUP D’ENFANTS

-TERRORISTE

 

Suite à ce flot d’insultes les élèves se sont plaints auprès de leurs parents qui ont décidé de prendre rendez-vous immédiatement avec le proviseur. Plusieurs entretiens ont eu lieu, au lycée,  dont le dernier en présence de personnes du rectorat. Ces dernières ont reconnu que le fait d’écrire « Turc » n’était pas très approprié et que le professeur aurait dû transcrire ces clichés d’une autre manière ! Bien que les personnes du rectorat aient affiché une certaine neutralité, les élèves n’ont pu obtenir la seule chose qu’ils réclamaient : c’est à dire des excuses. Le professeur et le proviseur ont minimisé les faits en supposant que ces stéréotypes énumérés par des élèves, ne reflétaient pas forcément les idées qu’ils se font de la communauté turque. Cela excuse-t-il la manière plus que douteuse de cette enseignante, qui sans aucune retenue, a incité des étudiants à proférer des insultes à l’égard des Turques !

ORIW condamne tout acte qui incite à la haine et appel tous les enseignants à respecter la neutralité de l’enseignement.
Notre pays a besoin d’apaisement, de stabilité et de compréhension mutuelle. Le mélange de culture dans nos écoles doit être considéré comme une force et non un handicap pour le  » bon vivre ensemble « 

Pour rappel :

« Le professeur exerçant en collège, en lycée d’enseignement général et technologique ou en lycée professionnel participe au service public d’éducation qui s’attache à transmettre les valeurs de la République, notamment l’idéal laïque qui exclut toute discrimination de sexe, de culture ou de religion. »[1]

 

[1]http://eduscol.education.fr/cid48005/mission-du-professeur-exercant-en-college-en-lycee-d-enseignement-general-et-technologique-ou-en-lycee-professionnel.html

 

 

Laisser un commentaire